Vidéos - Crash Air Moorea : les prévenus sous le feu des questions

Voir les commentaires
Vidéos - Crash Air Moorea : les prévenus sous le feu des questions
JUSTICE - Au palais de justice de Papeete, le procès du crash d’Air Moorea se poursuit. Aujourd’hui, les 8 prévenus, cadres-dirigeants de la compagnie, comme de l’aviation civile, ont été appelés à la barre pour expliquer leurs missions. Et leurs réponses ont laissé un goût amer aux parties civiles. Le reportage de J-B Calvas et Sam Teinaore

Les dirigeants d’Air Moorea, mais aussi de l’aviation civile ont été soumis à un feu nourri de questions au troisième jour du procès. Notamment sur la manière dont était géré l’atelier de la compagnie. Le président Michel Bonifassi a égrené les témoignages d’ex-pilotes et mécanos, la plupart très critiques.
Certains dépeignent une mauvaise ambiance, une entreprise fonctionnant "à l’économie", mais aussi un "laxisme" dans la maintenance des aéronefs."Un accident était fort probable et tous les pilotes pensaient que le fonctionnement de la compagnie tendait vers cette issue", avait témoigné l’un d’eux.

Des critiques balayées d’un revers de manche par les prévenus comme par leurs avocats. PourMe François Quinquis, avocat d’Air Moorea et de son ancien directeur général,"il n'y a aucun lien de causalité entre ce prétendu état de l'atelier qui est très relatif, puisque les organismes de contrôle ne disent rien à cet égard."

>>> Lire aussi : Air Moorea : en plus d'avoir perdu ma mère, j'ai perdu une partie de mon père
Le dirigeant du groupement pour la sécurité de l’aviation civile (GSA) et le directeur du service d’État de l’aviation civile (DGAC) ont eux aussi été passés au gril du tribunal. Et les deux hommes ont paru flous sur leurs missions, donnant le sentiment de se renvoyer la balle. Au grand dam des parties civiles. "En fait chacun s'est reposé sur les capacités de l'autre sans véritablement faire son travail. Je parle de la direction au-dessus de l'atelier qui ne vérifiait pas ce qui avait été fait, je parle du GSA qui ne vérifiait pas ce qui avait été fait au niveau de l'atelier. Et je parle du représentant de la DGAC qui ne vérifiait pas ce que l'autre avait fait. On a le sentiment que ça s'est limité à des signatures sans aucune vérification même pas visuelle",expliqueMe Etienne Rosenthal
"Moi ce que j'ai retenu c'est rigoureusement l'inverse,réagiMe François Quinquis. Ce que j'ai retenu c'est que vous aviez une autorité de contrôle qui n'a rien trouvé à redire, une autorité d'État qui ne trouve rien à redire non plus et que vous aviez au contraire un rapport d'expertise judiciaire qui vient vous dire, et j'en ai donné lecture, que l'organisation d'Air Moorea était remarquable".

À l'audience, FreddyChanseau, ancien directeur général d'Air Moorea, a déclaré :"Aujourd'hui, mon intime conviction est que la cause du crash n'est pas la rupture du câble à cabrer"
> "Compassion et sympathie" Ce mercredi matin à l’ouverture de l’audience, Manate Vivish, le directeur général d’Air Tahiti, maison mère d’Air Moorea, a tenu à s’adresser aux familles qui ont critiqué, la veille, l’attitude des prévenus."Je vous réitère ma compassion et ma sympathie. Ce silence pendant 11 ans n’était pas de l’indifférence, ni de la condescendance, mais du respect",leur a -t-il dit.

Mardi, Me Mestre, avocatde Stéphane Loisel, lecontrôleur de production et contrôleur qualité de la compagnie, soulignait par ailleurs la "charge émotionnelle des prévenus" :"Il ne faut pas perdre de vue également que pour les prévenus il y a une charge émotionnelle réelle et très forte et qu'ils n'ont pas vécu ces 11 années comme si de rien n'était. Tout au contraire, pour chacun d'eux il y a même eu des conséquences personnelles, professionnelles, etc."



Me Mestre, avocatde Stéphane Loisel

Rédaction web avec J-B Calvas et Sam Teinaore
Lire la suite de l'article ici :

Partager cet article

Ecrire un Commentaire

Autres articles