Un éleveur de porcs décède de la leptospirose

Voir les commentaires
Un éleveur de porcs décède de la leptospirose
PAPEETE, le 16 avril 2018. Six cas de leptospirose ont été déclarés entre le 26 mars et le 8 avril. Un homme de 54 ans est décédé de leptospirose. Il s'est rendu aux urgences cinq jours après le début des symptômes. Il était éleveur de porcs.

Les cas déclarés de leptospirose se trouvaient à Tahiti, Raiatea et Taha'a. Les facteurs de risque identifiés étaient le jardinage et/ou le fa’a’apu et la baignade en eau douce.


En 2017, le nombre total de cas de leptospirose s’était élevé à 199. Le taux d’incidence global pour 2017 s’élevait à 72 pour 100 000 habitants (contre 49 et 52 pour 100 000 habitants en 2015 et 2016).

Il s’agit de l’incidence la plus élevée depuis 2006. L’augmentation par rapport à 2016 est de 42%. En 2017, la majorité des cas (127) a été déclarée de janvier à mai. Les intempéries et inondations de fin janvier ont été suivies d’un pic de leptospirose malgré la diffusion de messages de prévention.

Chaque année, le nombre de cas déclarés est plus important pendant la saison des pluies (novembre à mars) que pendant la saison sèche (avril à octobre). L’incidence de cette pathologie fluctue en fonction des précipitations.

Au total, on dénombre en 2017 67 hospitalisations, 21 passages en réanimation et deux décès en 2017. La majorité des cas étaient des hommes (86%). Les enfants de moins de 10 ans et les personnes de plus de 60 ans étaient les moins touchés. Les personnes âgées de 40 à 59 ans ont été les plus touchées en 2017.

Recommandations - le jardinage / fa’a’apu est un facteur de risque de la leptospirose. Porter des gants et des chaussures fermées, surtout
lorsqu’il pleut
- porter des bottes / cuissardes lors de la pêche en eau douce
- protéger les plaies avec un pansement imperméable
- limiter tous les contacts avec la boue et l’eau douce trouble : ne pas marcher pieds-nus ou en savates dans les flaques et
eaux stagnantes, ne pas se baigner en eau trouble et aux embouchures des rivières
- dératiser et contrôler la pullulation des rongeurs par la gestion des déchets
- après une exposition à risque, laver et désinfecter les plaies
- consulter un médecin en urgence dès les premiers signes.
Tahiti-Infos, le site N°1 de l'information à Tahiti
Lire la suite de l'article ici :

Partager cet article

Ecrire un Commentaire

Autres articles