Tu’aro Maohi - Porteurs de fruits : Moehau Tematahotoa gagne pour Rimatara

Voir les commentaires
Tu'aro Maohi - Porteurs de fruits : Moehau Tematahotoa gagne pour (...)
Les courses de porteurs de fruits se sont déroulées mercredi aux Jardins de Paofai. C'est Moehau Tematahotoa, de Rimatara, qui s'impose dans la catégorie reine. Chez les femmes c'est Vaiarava Roopinia, de Raiatea, qui remporte la course. Ne ratez pas ce week-end la suite des Tu'aro Maohi. Le public est venu nombreux mercredi après-midi aux Jardins de Paofai pour venir assister aux traditionnelles courses de porteurs de fruits. C’est un «îlien» venu directement de Rimatara qui s’impose dans la catégorie reine, avec une charge de 50 kg portée sur 1,2 km alors que chez les femmes (charge de 15 kg) c’est une autre «îlienne», de Raiatea cette fois-ci, qui remporte la course.

Ne ratez pas ce week-end dans les jardins du Musée de Tahiti et ses îles les deux journées dédiées aux sports traditionnels, avec cette année une grande nouveauté, une compétition de Tapito, la lutte traditionnelle, en présence de nombreux étrangers. SB
Parole à Enoch Laughlin:

Les nouveautés cette année?

«On a la Nouvelle Zélande, Hawai’i, Rapa Nui, les îles Cook, les Samoa, Fidji ou Wallis et Futuna…On est satisfaits que cela prenne bien dans le Pacifique. Cette année, on a voulu faire revivre la lutte traditionnelle. On avait fait un essai l’année dernière, cette année ce sera une compétition avec des règles. Tous les pays du Pacifique la pratiquaient, le tapito est une réalité. On veut faire revivre ce sport traditionnel.»

Quelques mots sur les porteurs de fruits?

«Le Polynésien a moins de fruits dans son jardin, il doit les acheter en déboursant entre cinq et six mille francs pour constituer sa charge. Il faut qu’on en fasse un peu plus. Cela reste un moment important du Heiva, participer à cette course c’est un exploit. Courir 1,2 km avec cinquante kilos, ce n’est pas à la portée de tout le monde. On va réfléchir pour la rendre plus accessible en diminuant le poids des charges.»

Un dernier mot?

«Merci à tous ceux qui nous soutiennent, le ministre de la culture, celui des sports, le gouvernement et surtout les présidents des comités des îles qui font vivre le sport traditionnel.»
Parole à Moehau Tematahotoa:

Qu’est ce qui t’a poussé à participer?

«Toute mon île, Rimatara, m’a poussé à participer. Je me suis entrainé dur, je ne voulais pas venir pour rien. C’est la deuxième fois que je gagne.Il y a des participants de l’extérieur, il ne fallait pas les laisser gagner. Il faut qu’on garde notre sport, cette force qui vient de nos ancêtres. »

Ta préparation?

«Il n’y pas de secret, il faut s’entrainer. Je cours sur la montagne, je rame. Je me fais masser. Il faut être mentalement fort. Je travaille dans les tarodières, je suis également pompier volontaire. Ici, il y a beaucoup de champions, cette course permet de voir qui est vraiment le champion.Merci à mon île de Rimatara qui m’a encouragé. »
Parole à Vaiarava Roopinia:

Qu’est ce qui t’a poussé à participer?

«Je participe tous les ans à Raiatea, j’arrive première à Uturoa et Taputapuatea. Pour une première participation à Papeete, je suis très satisfaite. J’étais un peu stressée au début parce que je ne connaissais pas les concurrentes. J’ai essayé de gérer ma course, j’ai vu que la Néozélandaise arrivait derrière, j’ai sprinté pour arriver à la première place.»

A niveau préparation?

«Je ne m’entraine pas pour la course de porteurs de fruits mais je fais du futsal. L’ambiance est sympa, je suis ravie d’être ici. J’ai pu voir le niveau de tout le monde. Il faut pousser les jeunes à faire du sport traditionnel, la plupart sont dans le volley, le basket, le futsal ou le va’a. Je remercie mon sponsor Tehina Coiffure, ma famille et mon père qui m’a accompagnée.»
Tahiti-Infos, le site N°1 de l'information à Tahiti
Lire la suite de l'article ici :

Partager cet article

Ecrire un Commentaire

Autres articles