Trafic de chimique à La Réunion : trois mahorais en détention provisoire à Saint-Pierre

Voir les commentaires
Trafic de chimique à La Réunion : trois mahorais en détention provisoire à (...)

Deux hommes et une femme, tous originaires de Mayotte, ont été mis en examen et placés en détention provisoire pour trafic de stupéfiants à La Réunion. Ces derniers sont suspectés d’être parties prenantes dans un réseau de revente de « chimique ».

Surnommée à La Réunion « tabac chi » ou carrément « tabac Mayotte » d’où elle semble être importée, la drogue chimique a fait son apparition à La Réunion il y a quelques mois. Tout comme dans notre département, sa propagation rapide inquiète les autorités. Plusieurs vidéos de personnes sous effets ont fait le tour des réseaux sociaux et des médias réunionnais, révélant au grand jour les effets néfastes de cette drogue bon marché. La chimique, en raison de son faible prix, serait d’ailleurs prisée des consommateurs d’Artane et de Rivotril – de puissants médicaments dont l’usage est détourné par les toxicomanes.

Selon les révélations du Quotidien, c’est dans la ville de Saint-Louis que les enquêteurs ont mené en début de semaine un vaste coup de filet, plaçant en garde à vue plusieurs personnes, dont trois ont été présentées jeudi au parquet de Saint-Pierre qui a ouvert une information judiciaire. Les individus ont été mis en examen et placés en détention provisoire.

À Mayotte, les effets dévastateurs de cette drogue sont connus depuis son apparition sur l’île, il y a un peu moins de dix ans. Outre les dangers sur la santé des consommateurs, les autorités s’inquiètent également des méfaits commis sous l’emprise de ce stupéfiant qui peut engendrer des comportement particulièrement violents. Son prix de vente à Mayotte tourne de 5€ le gramme, à La Réunion, pouvoir d’achat oblige, la même quantité se vend entre 10 et 20€.

M.C.

L’article Trafic de chimique à La Réunion : trois mahorais en détention provisoire à Saint-Pierre est apparu en premier sur Le journal de Mayotte.

Lire la suite de l'article ici :

Partager cet article

Ecrire un Commentaire

Autres articles