Réforme des retraites : "un pansement sur une jambe de bois" - DomTomNews

Réforme des retraites : "un pansement sur une jambe de bois"

Voir les commentaires
Réforme des retraites : "un pansement sur une jambe de bois"
PAPEETE, le 14 février 2018. Le secrétaire général du syndicat de la Fonction publique Vadim Toumaniantz s'est positionné contre l'appel à la grève générale lancé par la CSTP-FO, CSIP Oe oe to oe rima, Otahi et Cosac.

"Le projet proposé par le gouvernement de rallonger la durée des cotisations est un pansement sur une jambe de bois", indique Vadim Toumaniantz. "La grève générale proposée par les syndicats ne changera pas le mode de fonctionnement du régime, qui ne peut que nous amener au déficit. 2038, 2045 ou dans un siècle, le système n’est pas équilibré ni démographiquement, ni économiquement, et ne peut pas l’être rendu d’un coup de baguette magique."
"Il y a d'autres alternatives. Changer simplement le paramètre de la durée de cotisation ne change pas le mode de fonctionnement de la retraite"
, indique le syndicat qui propose de "Rendre indépendants les régimes de retraite et de maladie. Le déficit de l’un n’avait et n’a pas à être pris en charge par l’autre". Vadim Toumaniantz suggère aussi de "mettre en place de manière progressive une retraite par capitalisation (qui est celle à laquelle cotisent certains politiques) à la place de celle par répartition". Regardant ce qui s'est passé en métropole, il propose de "passer aux 35 heures pour augmenter le nombre d’emplois et de réduire drastiquement les possibilités d’usage des heures supplémentaires". Selon l'Institut national de la statistique et des études économiques, la loi des 35 heures a abouti à la création d'environ 350 000 emplois entre 1998 et 2002.
Le syndicat de la Fonction publique représente 12.74 % des fonctionnaires du Pays.

Tahiti-Infos, le site N°1 de l'information à Tahiti
Lire la suite de l'article ici :

Partager cet article

Ecrire un Commentaire

Autres articles