Ramasseur de mots

Voir les commentaires
Ramasseur de mots
Arnaud.
Je suis Arnaud,
Le ramasseur de mots.
Je promène ma plume
Dans les jardins de la lune.
Avec les feuilles,
Que je ramasse une à une,
J’emplis mon sac de fortune,
De l’ombre des chênes, des platanes, des bouleaux.
Je vais, je viens de livres en recueils,
Porteur de mon inestimable fardeau,
Simplement heureux !
Je suis Arnaud,
Le ramasseur de mots.
Je consonne les voyelles ,
Pointe les virgules,
Parenthèse les phrases.
Et pourtant,
Je ne suis que le ramasseur de mots.
Mais quel pouvoir !
Je rature,
Caricature,
Estompe et gomme.
Et pourtant,
Je ne suis que le ramasseur de mots.
La page blanche est ma toile,
Tissée pour capturer la lettre.
La soie vibre, à la moindre étoile.
Araignée, j’envenime pour me repaître.
Et pourtant,
Je ne suis que le ramasseur de mots.
Je suis les élans de la plume
Qui plonge dans l’encrier de ma liberté.
Son encre m’enchaîne au rayon de lune.
Sur mes rêves, la belle étend sa clarté.
Et pourtant,
Je ne suis qu’un ramasseur de mots.
Humble jardinier.
Je suis Arnaud,
Le ramasseur de mots.
J’ai le pouvoir !
Quel pouvoir ?
Celui, de dire merci à mes amis d’un soir.
Celui de rassembler l’éclat des émaux.
Pourtant, je ne suis qu’un ramasseur de mots.
Arnaud,
Le ramasseur de mots.
Ma liberté, je la tiens de ces chevaliers
Qui forment et aguerrissent l’armée des lettres.
Ma volupté, je la savoure de ces fées
Qui poudroient et enluminent les mots-maîtres.
Ma fierté, est celle de suivre,
Mouton !
La bruissante pâture des mots,
Tout là-haut !
Berger,
Je mélodie mon troupeau.
Tantôt flûte, tantôt roseau.
Je rassemble les mots.
Point de chef, ni d’orchestre,
Juste quelques madrigaux,
Parce que je suis Arnaud,
Le ramasseur de mots.
Ils n’appartiennent, ni à vous, ni à moi.
Ils ne sont là, qu’en pleurs, rires ou émois.
Ils sont là, dolents et fiers à la fois.
Ne marchez pas sur leur corps,
Ce serait leur faire triste sort.
N’égratignez pas leur esprit,
Ce serait les traiter en dépit.
Penchez-vous, tendez le bras.
En lettres à caractères gras,
En lignes, fines, presque câlines,
Ils pointent à la ligne.
Passants, des livres !
Ramassez les mots !
Paragraphez leurs voyages !
Emancipez leurs témoignages !
Dévoilez leurs filigranes !
J’essaie, j’essaie,
Mais je ne suis
Qu’Arnaud,
Le passeur de mots.
www.zinfos974.com
Lire la suite de l'article ici :

Partager cet article

Ecrire un Commentaire

Autres articles