[Pierrot Dupuy] Quand les "goyaves de France" s’invitent même dans le sport

Voir les commentaires
[Pierrot Dupuy] Quand les "goyaves de France" s'invitent même (...)


On connaissait le phénomène des «goyages de France» ou encore de «préférence régionale» dans les embauches dans le secteur public ou dans certaines entreprises.

La «goyave de France», pour ceux qui l’ignoreraient, ce sont pour les Réunionnais des Zoreils qu’on va chercher à grands frais en métropole pour leurs prétendues capacités qu’on ne peut trouver localement, et qui une fois arrivés ici, prennent les Créoles de haut, persuadés qu’ils sont de leur être supérieurs.

Vous savez, vous avez du en croiser quelques uns de ces horribles personnages qui sont là depuis quelques mois et qui viennent nous expliquer à nous Réunionnais ce qu’est la Réunion…

Quant à la préférence régionale, il s’agit de la volonté politique de favoriser l'embauche des habitants d'une région. Pour reprendre les termes d’un vieux courrier des lecteurs, «il ne s’agit pas d’exiger que tous les emplois crées ici soient pourvus exclusivement par des créoles en raison de je ne sais quel droit du sol, mais simplement de corriger l’injustice dont la Réunion a été victime en raison de son histoire, puis d’arriver à un meilleur équilibre dans la répartition des postes».

Or, voilà que ces polémiques que l’on croyait réservées aux politiques fait irruption dans le domaine sportif.

C’est Lucie Ignace, notre championne du monde de karaté, qui met le feu aux poudres, en poussant un gros coup de gueule sur sa page Facebook contre le fait qu’un entraineur de karaté local ait invité une athlète à la Réunion pour apprendre aux karatékas réunionnais comment s’entrainer.

Or, il se trouve que cette athlète n’est autre que celle que la fédération a préféré à notre championne locale, dans sa catégorie, lors des derniers championnats du monde. Où le moins que l’on puisse dire est qu’elle n’a pas brillé par ses performances: elle a été éliminée au premier tour!

Selon Lucie Ignace, ce choix aurait été effectué sur des critères «autres que sportifs». Et elle rappelle au passage ses titres: «triple championne d’Europe en titre et vice-championne du monde en titre»!

D’où son indignation que l’on puisse faire venir une athlète pour apprendre aux Réunionnais comment s’entrainer alors que, je la cite, «comme dans beaucoup de domaines, à la Réunion nous avons l’excellence, nous avons des gens hyper compétents, mais encore beaucoup se rabaissent et préfèrent faire venir et rémunérer des gens de l’extérieur pour soi-disant nous montrer comment faire».

Et lucie Ignace de conclure: «J’ai été championne du monde à 19 ans dès ma première participation, entrainée ici même à la Réunion, à Bras Panon. Quand vous aurez compris que la force vient d’ici, vous aurez peut-être compris quelque chose. En attendant, il reste encore du chemin et la jalousie vous tuera».

Une leçon à méditer…

www.zinfos974.com
Lire la suite de l'article ici :

Partager cet article

Ecrire un Commentaire

Autres articles