Les réservistes de demain en formation à Faa’a

Voir les commentaires
Les réservistes de demain en formation à Faa'a

© Radio 1

La gendarmerie de Faa’a accueille depuis deux semaines les futurs réservistes de la gendarmerie. Au cours de la « préparation militaire gendarmerie » (PMG), les 24 Polynésiens en formation alternent entre cours théoriques judiciaires et entrainement sur le terrain. Une formation courte mais intense.

En treillis ou sur les bancs de l’école, pas moins de 24 futurs réservistes Polynésiens effectuent leur « préparation militaire gendarmerie » (PMG) jusqu’à dimanche à la caserne de gendarmerie de Faa’a. Arrivés le 2 juillet aux aurores, les volontaires enchainent avec intensité les heures de travail et apprennent le métier de gendarme avec sérieux. Le chef d’état major du commandement de la gendarmerie en Polynésie, le lieutenant-colonel Ludovic Vestieu, se dit même agréablement « surpris » par un tel « souci de servir pour le drapeau et la sécurité de nos concitoyens ». Cette année, les futurs gendarmes réservistes viennent de Tahiti mais aussi de Taha’a, de Huahine ou encore de Raiatea. Ils sont une ressource importante pour la gendarmerie puisqu’ils « offrent une connaissance du terrain et de la population, en plus des gendarmes déjà présents sur les îles polynésiennes », continue le lieutenant-colonel.

Les futurs réservistes sont évalués quotidiennement en salle de classe ou sur le terrain. Mercredi matin, séparés en deux groupes, les locataires de la caserne de Faa’a ont effectué des exercices de contrôles routiers et de techniques de maitrises de l’adversaire, comme l’explique le gendarme réserviste et formateur Benoit Rogeon.

Les réservistes prêteront serment vendredi après-midi et défileront samedi sur l’avenue Pouvana’a au rythme de la chanson « Tamari i volontaire ». « Avec nous, ils touchent la militarité du doigt », explique Benoit Rogeon avant de poursuivre : « ils comprennent très vite et s’engagent vraiment à fond, c’est très agréable à commander et à former, ils sont fabuleux. Pourtant ils arrivent de divers horizons et ne se connaissent pas, mais de la difficulté née la cohésion ». Cette promotion 2018 de réserviste se caractérise par un grand écart d’âge. Les plus jeunes de dix-sept ans côtoient des quasi quadragénaires. Pour autant la cohésion s’est faite naturellement, même si l’écart générationnel s’est fait sentir, explique l’un des ainés du groupe.

A l’issue de la formation, les réservistes seront appelés pour maintenir l’ordre public dans les différents événements. Ils seront demain les renforts des escadrons de gendarmerie.

Lire la suite de l'article ici :

Partager cet article

Ecrire un Commentaire

Autres articles