Le fait nucléaire va entrer dans le statut de la Polynésie

Voir les commentaires
Le fait nucléaire va entrer dans le statut de la Polynésie

Le toilettage du statut d’autonomie de 2004 de la Polynésie française prévoit d’inscrire la reconnaissance du fait nucléaire, de la « contribution de la Polynésie » à la « construction de la capacité de dissuasion nucléaire » française, mais aussi d’inscrire la reconnaissance des conséquences économiques, sociales et environnementales des essais menés à Moruroa et Fangataufa.

Annonce du Président François Hollande en 2016, reprise dans l’accord signé par le chef de l’Etat et le président Edouard Fritch en mars 2017, le « fait nucléaire » va être inscrit dans le statut d’autonomie de la Polynésie française. C’est en tous cas ce que prévoit l’article 2 du toilettage du statut qui sera bientôt examiné « pour avis » par l’assemblée de la Polynésie française.

Concrètement, quatre paragraphes vont être insérés à l’article 1er du statut d’autonomie de 2004 :

« La République reconnaît la contribution de la Polynésie française à la construction de la capacité de dissuasion nucléaire et à la défense de la Nation.

Les conditions d’indemnisation des personnes souffrant de maladies radio-induites résultant d’une exposition aux rayonnements ionisants dus aux essais nucléaires français sont fixées conformément à la loi.

L’Etat assure l ’entretien et la surveillance des sites concernés des atolls de Mururoa et Fangataufa.

L’Etat accompagne la reconversion de l’économie polynésienne consécutivement à la cessation des essais nucléaires. ».

La dette nucléaire dans le statut, pas son montant

L’exposé des motifs du toilettage du statut explique que cette insertion est destinée à tenir compte des « incidences majeures des essais nucléaires pour les populations de Polynésie française » et à « faire une place, dans le statut, au fait nucléaire ».

Ce même exposé des motifs liste les compensations « économiques et financières » de l’Etat pour un total de 18 milliards de Fcfp : la DGA à 10,8 milliards de Fcfp, la dotation territoriale pour l’investissement des communes à 1,08 milliard de Fcfp et la dotation relative aux investissements prioritaires à 6,12 milliards de Fcfp.

La sanctuarisation du montant de cette « dette nucléaire » de l’Etat n’est donc pas inscrite directement dans le statut, comme annoncé par François Hollande en 2016, mais les élus polynésiens pourront au moins se référer à l’avenir aux chiffres figurant dans cet exposé des motifs si l’Etat venait à rogner ces compensations.

Lire la suite de l'article ici :

Partager cet article

Ecrire un Commentaire

Autres articles