La majorité « sereine » pour sa réforme des retraites

Voir les commentaires
La majorité « sereine » pour sa réforme des retraites

Jacques Raynal et Virginie Bruant. © Radio 1

Virginie Bruant se dit « sereine ». Jacques Raynal n’a « pas d’amertume » malgré l’étalement de la réforme. La présidente de la commission Santé de l’assemblée et le ministre de la Santé ont voulu se montrer confiants vendredi matin sur l’examen de la réforme des retraites la semaine prochaine.

La réforme des retraites sera étudiée vendredi 21 septembre par l’assemblée de la Polynésie, a annoncé Virginie Bruant vendredi matin. La présidente de la commission Santé de l’assemblée, s’est dite « sereine » sur le maintien du calendrier, malgré les préavis de grève générale déposés jeudi soir par les syndicats de salariés, qui protestent contre le passage de l’âge de départ à la retraite à 62 ans.

Virginie Bruant estime avoir travaillé dans un « bon état esprit » et avoir écouté tous les partenaires sociaux. Principal point de désaccord : la retraite portée à 62 ans, alors que les syndicats auraient préféré, selon elle, une augmentation des cotisations retraites des salariés.

Virginie Bruant assure par ailleurs que le Pays « prend ses responsabilités » en accédant à plusieurs demandes des syndicats. En particulier, elle annonce le vote vendredi d’un collectif budgétaire pour combler le déficit cumulé de 2,2 milliards de francs du dispositif de l’allocation complémentaire retraites pour les retraités ayant moins de 15 ans de cotisations (ACR de moins de 15 ans). Une mesure déjà annoncée il y a un an. « Le Pays s’engage à combler le déficit cumulé de l’ACR de moins de 15 ans en deux exercices », a dit Virginie Bruant ce vendredi matin.

Autre demande des syndicats satisfaite, selon Virginie Bruant : la cotisation patronale de 1% au Fonds social retraite qui a « terminé de rembourser le déficit du FSR », et dont le patronat a accepté le maintien pour qu’elle soit « fléchée vers le Fonds de sauvegarde vieillesse afin de reconstituer des réserves » pour le système d’assurance vieillesse.

De son côté, le ministre de la Santé, Jacques Raynal, a rappelé qu’avec l’étalement de l’application de la réforme –le passage à 62 ans se fera en quatre ans de 2019 à 2023 – le déficit mettra plus de temps à être comblé.

Virginie Bruant espère donc que la réforme des retraites sera bien votée vendredi prochain. Elle annonce que des nouvelles réunions de travail avec les syndicats seront organisées « dès le mois d’octobre pour poursuivre le travail sur la réforme de la protection sociale généralisée ».

Lire la suite de l'article ici :

Partager cet article

Ecrire un Commentaire

Autres articles