[L’édito de Pierrot Dupuy] Entre bonheur et soulagement

Voir les commentaires
[L'édito de Pierrot Dupuy] Entre bonheur et soulagement


Dieu que ça a été difficile. L’épreuve a duré 90 minutes. Les plus dures furent les 15 premières. On ne touchait pas un ballon, et ces Diables rouges submergeaient notre défense par vagues incessantes.

Mais tels des rocs, nos défenseurs ont tenu bon, autour d’un Raphaël Varane impérial. Et quand, malgré tout, une flèche belge passait à travers, elle se fracassait sur un Bruno Llhoris au mieux de sa forme.

Puis, au fil des minutes, après avoir laissé passer le gros de l’orage, les Français ont commencé à sortir la tête de l’eau, à gagner leurs duels. A faire jeu égal avec les Belges.

Avec deux styles de jeu totalement opposés. D’un côté, les Diables rouges monopolisaient le ballon, mais le faisaient tourner dans une sorte de passe à 10 totalement inefficace, sans jamais trouver le défaut dans l’armure des Bleus. Ils savaient que les Français allaient jouer repliés en défense et leur objectif était de marquer rapidement un but, de façon à obliger les Bleus à se découvrir et à les crucifier ensuite. Malheureusement pour eux, ils n’y sont pas arrivés.

En face, les Français avaient fait le choix d’accepter cette domination, ne cherchant même pas à aller chercher le ballon dans les pieds des joueurs belges, faisant confiance à la qualité de leur défense et comptant sur les fulgurances d’un Kylian Mbappé toujours aussi insaisissable.

Le jeu était verrouillé et hyper stressant.

C’était du 50/50 et on pensait que le salut viendrait nécessairement d’un éclair de génie d’un des deux virtuoses sur le terrain, Eden Hazard d’un côté ou Kylian Mbappé de l’autre. Deux sérieux candidats au Ballon d’Or.

Erreur. Ce sont les Français qui ont marqué les premiers sur un corner tiré en deuxième mi-temps depuis le côté droit par Antoine Griezmann, et parfaitement déposé sur la tête de Samuel Umtiti, pourtant défenseur….

A partir de là, on aurait pu penser que les Français allaient encore plus se replier en défense. Il n’en fut rien. La fatigue a commencé à se faire sentir chez les Diables rouges et les Bleus auraient facilement pu doubler, voire même tripler la mise.

Il n’empêche que le match a été hyper crispant et que le coup de sifflet final est arrivé comme un soulagement.

Ma première pensée, une fois l’euphorie de la victoire passée, a été pour Didier Deschamps. Quelle revanche sur tous ceux qui l’avaient critiqué, dont j’ai d’ailleurs fait partie. Si le jeu des Français n’était pas bon en début de compétition, c’est manifestement parce qu’ils avaient été programmés pour arriver en forme pour les phases finales. En poule, l’essentiel était de se qualifier, pas de pratiquer du beau jeu.

Et puisqu’on parle de beau jeu, posons-nous simplement une question: vaut-il mieux pratiquer un beau football comme les Belges et s’arrêter en demi-finale? Ou est-il préférable de cadenasser sa défense et de jouer en contre, quitte à ce que ce ne soit pas joli-joli, et aller en finale? A vous de répondre…
www.zinfos974.com
Lire la suite de l'article ici :

Partager cet article

Ecrire un Commentaire

Autres articles