Gilette Aho lance la 2ème édition du concours de la correspondance

Voir les commentaires
Gilette Aho lance la 2ème édition du concours de la correspondance
Suite au succès de la première édition du concours de la correspondance, Gilette Aho relance cette opération. Les amateurs d'écriture vont cette année disposer de plus de temps afin de peaufiner leur lettre sur une thématique ayant trait à l'esclavage. Rencontre avec une passionnée des mots et de son île, Gilette Aho. La deuxième édition du concours de la correspondance est lancée ?
Oui effectivement pour cette seconde édition nous avons décidé de donner plus de temps à nos amateurs d’écriture. L’édition précédente a été un véritable succès. L’association a enregistré plus de 80 lettres de La Réunion, de la métropole et chose surprenante des Réunionnais installés au Canada ou en Europe de l’Est nous ont fait parvenir leur contribution…

Cette année vous associez le concours au 170ème année de l’abolition de l’esclavage ?
C’est une idée judicieuse soufflée par un membre du jury. L’histoire de l’esclavage est une histoire portée par l’ensemble des Réunionnais. Il serait intéressant qu’ils se mettent dans la peau d’un esclave et nous sommes pressés de lire le résultat.

De quel esclave s'agit-il ?
Le choix s’est porté sur Mario. La légende arrivée à notre époque nous raconte que la dépouille d’un jeune esclave a été retrouvée sur un lieu devenu emblématique pour les Réunionnais : le site de la Vierge Noire, nous avons imaginé que le jeune esclave a laissé une lettre dans laquelle il aurait décrit sa courte vie.

Vous misez donc sur la participation des jeunes ?
Oui et non. Oui parce que nous avons à la demande du président du jury créer un prix pour les collégiens. Mais tout amateur adulte peut faire un retour sur sa jeunesse, écrire sur un moment donné où il s’est cru esclave…

Pensez-vous faire évoluer le concours de la correspondance ?
Pour l’instant, l’action est à ses prémices. C’est sûr que j’aimerais faire évoluer à travers une manifestation autour de l’écriture. Il y a toutes sortes de fêtes à La Réunion mais très rare sont les actions autour de l’écriture. Pourquoi pas « une fête de l’écriture » ? Ayant œuvré dans l’univers de l’illettrisme je trouve qu’il est dommage que ce mot isole des personnes ayant la difficulté de lire et d’écrire. Le bénévolat que j’ai effectué est un véritable moment de partage. Alors une fête de l’écriture pour rassembler celles et ceux qui aiment les mots, qui ont envie d’apprendre, d’aller plus loin dans l’écriture pourrait être belle action. J’y réfléchis.




LE CONCOURS
L'Association pour Promouvoir l’Ecriture et la Lecture présente la deuxième édition du concours de la correspondance en collaboration avec Orange, la librairie Gérard et Cap Méchant
Au cours de l’année 2018-2019 et dans le cadre des 170 ans de l’abolition de l’esclavage à La Réunion nous proposons aux amateurs d’écriture de rédiger la suite de la lettre d’un esclave. Une lettre retrouvée près de sa dépouille sous des bougainvilliers. Il tenait dans une main une petite Vierge Noire. La lettre commence ainsi
Je suis Mario. J’avais 13 ans. Je vivais heureux dans mon village là-bas. J’ai été capturé par des hommes méchants. Je suis arrivé à Bourbon au fond d’un navire qu’ils appellent négrier…
J’entends des chiens aboyer, les chasseurs sont à ma recherche.
Il faut que je vous raconte….

La lettre sera rédigée en français ou en créole sur une feuille A4 recto - dactylographiée - Times New Roman - Corps 12 - 200 mots minimum - 400 mots maximum— Intervalle 1,5 (fichier PDF exclusivement).
La lettre sera une œuvre originale dont le participant est le véritable auteur et libre de droits. La lettre ne comportera aucun élément permettant d’identifier son auteur. La lettre sera postée exclusivement à l’adresse suivante :
ecritureetlecture@orange.fr

A RETROUVER SUR LE SITE DU CONCOURS
http://aparmedia.wixsite.com/appel

Le nom, l’adresse mail ainsi qu’une adresse postale et coordonnées téléphoniques seront à préciser dans le message d’envoi. Un accusé de réception sera envoyé automatiquement. Une seule lettre sera acceptée par personne et pour toute la durée du jeu. Les lettres ne seront, en aucun cas, restituées à leurs auteurs.
Les critères d’appréciation seront les suivants :
· les connaissances historiques autour de l’esclavage et de son environnement.
· la qualité rédactionnelle ainsi que son originalité et son rythme.

www.zinfos974.com
Lire la suite de l'article ici :

Partager cet article

Ecrire un Commentaire

Autres articles