Des groupes LREM se forment au sein des conseils municipaux

Voir les commentaires
Des groupes LREM se forment au sein des conseils municipaux
"Être les relais du gouvernement". C’est l’objectif des groupes LREM constitués au sein de plusieurs conseils municipaux de l’île et dont la présentation a été faite à l'occasion d'une conférence de presse donnée ce jeudi après-midi.

Un groupe à Saint-Pierre, un à Saint-Paul et un à Petite-Ile sont d’ores et déjà créés. "D’autres suivront, notamment dans l'Est et le Sud", annonce Brigitte Hoarau, tête de liste aux dernières sénatoriales. C’est "l’occasion de faire un incroyable maillage territorial et d'être force de proposition", estime-t-elle, s'indignant au passage que certains députés "se complaisent dans une opposition systématique au lieu de faire des propositions constructives".

À Petite-Ile, où elle est conseillère municipale, un groupe a été constitué (mais ne bénéficiera pas des dispositions applicables aux groupes, lesquelles ne concernent que les communes rassemblant plus de 100.000 habitants). "Nous faisons partie de l’opposition et allons être rejoints vraisemblablement par un autre groupe d'opposition pour constituer le groupe LREM", fait-elle savoir.

À Saint-Paul, ils sont au moins trois à composer ce groupe, qui pourrait s'aggrandir : Kévy Grosset, Geneviève Sévagamy et Marc-André Hoarau, tous trois de la majorité. "En 2014, nous avons été élus sur une liste avec différents courants. Nous ne souhaitons pas basculer dans l’opposition, mais être dans la construction", indique Kévy Grosset, président du groupe.

Une présence aux prochaines municipales

À Saint-Pierre, c’est le groupe Libérons, partageons, avançons ensemble, avec Jean-Gaël Anda, qui devient LREM. Pour autant, l'appartenance à ce groupe du conseiller municipal et régional ne signifie pas son appartenance à celui de la Région, pour lequel il se dit "encore en cours de réflexion". Celui qui, selon ses termes "s'est fait démissionner du groupe LPA pour avoir soutenu Brigitte Hoarau, la candidate LREM, aux sénatoriales", rappelle que le groupe à la Région s'appelle "La Réunion en Marche", et non La République en Marche. Une petite nuance qui a son importance pour l'élu qui n’hésite pas à tacler le comportement "incohérent" de Thierry Robert.

À Saint-Denis, Fernande Anilha se retrouve pour l'instant esseulée dans la démarche d’une constitution de groupe. "Mais d’autres ont adhéré (de la majorité ou de l'opposition) et je ne perds pas espoir qu’un groupe se dessine et puisse se construire puisqu'il suffit d'être trois personnes".

"La constitution des groupes est le premier pas vers les élections municipales où nous seront présents", conclut Brigitte Hoarau, par ailleurs candidate au titre de référent.e départemental.e qui devrait être attribué ces prochains jours.

www.zinfos974.com
Lire la suite de l'article ici :

Partager cet article

Ecrire un Commentaire

Autres articles