Clément Dubar mène toujours son "combat" contre Tereos

Voir les commentaires
Clément Dubar mène toujours son "combat" contre Tereos
Clément Dubar, plus connu pour la dégradation de paillotes dans l'Ouest, mais aussi pour violences et menaces à l'encontre de Tereos à la balance cannière de Beaufonds en décembre 2017, a été condamné pour ces derniers faits mardi. Il a écopé de 5 mois de prison avec sursis. Dans un courrier adressé à la rédaction et publié en l'état, le militant du KURR (Kolektif Union Rényoné responsab) et agriculteur dénonce la dominance de Tereos et le manque de réactivité des syndicats. "TEREOS ou la fin du syndicalisme agricole

aujourd’hui je veux m’exprimer ,après avoir été jugé par bon nombres de gens .
il y a moi ,Dubar clément agriculteur biologique avec environs 250 tonnes de canne bio ,oui ,bio
que tereos ne valorise pas mais que je produit par acquit de conscience ,d’ailleurs avec mon père
toute notre exploitation est certifié AB,mais cela est un autre débat .

Et , en face :
Tereos le 2e groupe sucrier mondial, 1er groupe sucrier français et 3e groupe sucrier brésilien.

ces activités reposent sur la transformation de trois principales matières premières végétales :
la betterave sucrière, les céréales et la canne à sucre. Le groupe transforme également de
la pomme de terre féculière et du manioc ainsi que la luzerne
Tereos rassemble 12 000 associés coopérateurs betteraviers en France et 25 000 salariés répartis
au sein de 492 sites de production en Europe, Amérique latine, Afrique et Océan Indien, Chine et
Indonésie ainsi que des sites administratifs ou commerciaux.
La scène est mise !
Je m’adresse à la profession ,celle d’agriculteur ,aux syndicats et aux instances ,
en préambule je me permet humblement de citer un grand homme :
« le courage c’est de chercher la vérité et de la dire ,c’est de ne pas subir la loi du mensonge
triomphant qui passe et de ne pas faire écho ,de notre âme de notre bouche et de nos mains aux
applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques » J.Jaurès
planteurs , Il est bien loin le temps où les principaux syndicats , revendiquaient une augmentation
de leurs revenus auprès des industriels du sucre et du rhum.
( Écarts technique ,mode de calculs de la richesse ,sous produits et autres )
La quête de deniers publics est depuis quelque temps déjà le principal, si ce n'est le seul
levier que nous actionnons pour obtenir des augmentations de nos revenus ?????
Nous avons choisi le consensus avec les industriels !
Quand l’île avait 4 ,5 usines de grandes familles réunionnaises le combat syndicale était ardu,viril
mais un respect hérité de décennies de coopération arbitrait ces oppositions ,l’ont savait que les
planteurs dépendais des usiniers est les usiniers des planteurs et que nous nous devions de
travailler ensemble pour le biens de tous ,mais la mondialisation ,la quête de profits nous a fait
tomber de Charybde en Scylla .
Le capitalisme industriel est arrivé sous les actifs de tereos , le sauveur de canne ,l’industriel
salutaire ,il allait tout faire pour nous ????
et tout le monde agricole réunionnais d’applaudir .
On a donner un pilier de l’économie local , laissant à ce derniers la mainmise sur la profession et
par conséquent sur l'avenir des petits, voire des moyens planteurs.
Non seulement les aides publiques transitent pour partie entre les mains des industriels avant
d'être redistribuées aux planteurs( sur les 63 à 75 euro en moyennes perçus par tonne ,a peine 23
a 25 sortes de la poche de tereos ), mais ce sont eux qui imposent les règles et les conditions de la
culture de la canne.
Ce sont eux qui déterminent, au travers d'organismes de recherche et de sélection qu'ils dirigent,
les variétés de cannes que doivent cultiver les planteurs, les superficies qui doivent être
consacrées, laissant notamment peu de possibilités à la diversification des cultures.’(Rcane ,ctics,)

En fait, c'est le groupe Tereos qui domine tout.

D'ailleurs, si les représentants de Tereos à La Réunion tirent la sonnette d’alarme à propos de la
fin des quotas,et obtiennent une rallonge approximative de 38 millions/an pour manque a gagner
sur le marcher mondial , le président du groupe à l'international considère, lui, que Tereos serait
l'un des principaux bénéficiaires de la réforme.
Ainsi d'après ses calculs, la disparition des quotas va permettre à Tereos d'accroître ses volumes
de production de betteraves sucrières de 20 % d'ici à 2017 /18 et de pousser ses usines à leur
maximum de production, en France ou ailleurs, en allongeant la durée de la campagne sucrière.
Tereos ne souffrira donc pas de la concurrence européenne, pas plus d'ailleurs que de celle des
pays du Sud, car il est aussi présent au Mozambique, en Tanzanie, en Indonésie, en Chine et au
Brésil. L'avenir, les actionnaires de Tereos l'envisagent donc bien sucré.

Suis je un délinquant ?

Moi qui dans un mouvement de gréve de grande ampleur face a cette multinationale j’ai abîmé un
portail d’accès a la balance et a l’usine .

Suis-je un délinquant ?

Quand pour faire aboutir des revendications juste, profitable a toute la professions ,pour un
revenus décent,un partage juste et équitable des revenus du sucre et devant la rapacité de tereos
est osé m’opposer a tereos

suis je un délinquant ?

Quand pour nous faire taire on envoie des groupes de vigiles pour nous impressionner,nous
contrôler sur notre lieux de travail

suis je délinquant ?

Quand pour étouffer toute réflexions , toute futures revendications,pour bâillonner la profession
et faire naître une crainte du maître , l’on me condamne a de la prison et pour absolution m’achève
financièrement

suis je délinquant ?

Quand tout action syndicale ,revendication de quelque natures que ce soit se solde
systématiquement par procès et condamnation
le rouleau compresseur tereos est actif ,il ne veux que des colons ,des travailleurs ,des agriculteurs
a leur merci est surtout si revendication il y a allez voir l’état providence est laissez nous
amasser du profit en paix .
Notre sang, notre labeur, celui de la terre réunionnaise comme le sucre « désote » la mer pour
engraisser des actionnaires ,et nous agriculteur mais aussi réunionnais qu’avons nous ?
Dés les premières condamnations (fdsea) tout les syndicats aurait dut faire front commun ,

ousa zot ilé ?

Dés les premières condamnations (gigan ) tout les syndicats aurait dut faire front commun

,ousa zot ilé ?

Des considérations autres comme les élections a la chambre ou autres intérêts ,mais lesquels ????
avant l’intérêt général
vous syndicats n’avait plus aucun pouvoir pour contrer tereos , oui , continuez a quémander a
l’État et n’espérez plus vivre de votre labeur.
Mon amertume est plus grande encore quand la justice ,en me jugeant accepte de faire
l’amalgame entre des combats différents dans le seul but de me salir et d’abonder vers le sens du
capital ,ou une pléthore d’avocats m’accuse de tout les maux en ne voyant que le délinquant et
non le professionnel responsable agricole ,actif syndical et réunionnais soucieux de son avenir et
celui de son pays , ou le jugement salue cette plaidoirie gorgée d’argent et de supériorité .

Je terminerais en disant a mes amis collègues planteurs :
mi koné ke le konba lé dur ,zamé sur,riské ,ou koné zamé la fin ,sélman si na in nafér mi koné sé ke
nout tout ansanm na fé in nafér mé tousél zamé .

Nous savons que tout combat est dur,incertain mais seulement si il y a quelque chose de sûr c’est
que cela est plus facile ensemble que seul."
www.zinfos974.com
Lire la suite de l'article ici :

Partager cet article

Ecrire un Commentaire

Autres articles