Anse des cascades dévastée par Fakir : Un chantier long et difficile

Voir les commentaires
Anse des cascades dévastée par Fakir : Un chantier long et difficile
Des arbres couchés en travers de la route, d’autres déracinés, couchés sur le sol, des branches cassées… l’Anse des cascades offre depuis Fakirun spectacle de désolation. La forte tempête tropicale du 24 avril dernier a laissé des traces sur le site prisé des Réunionnais et des touristes.

Pourtant plus d’un mois après son passage, le site se trouve toujours dans le même état. Une situation qui désespère Partick Dennemont, cuisinier au restaurant L’Anse des Cascades. Toute activité économique y est arrêtée et un arrêté municipal pris conjointement avec l’ONF interdit l’accès au site pour des questions de sécurité. "Rien n'a été fait, nous nous sentons oubliés et abandonnésde tous", déplore l’homme d’une cinquantaine d’années encore secoué. Patrick était sur place ce lundi 24 avril et a été surpris par la violence des rafales de vents et des averses. " Ça a duré deux heures, les arbres ont commencé à tomber un à un. Je me suis réfugié sous une table et je pense avoir ressenti ce qu’on pu vivre mes parents lors du cyclone Jenny. Le bruit était vraiment impressionnant",se souvient Patrick Dennemont.

Aujourd’hui, le cuisinier qui a hérité du restaurant construit par ses parents en 1969, se sent lésé et pense à l’image donnée aux touristes. "Pourquoi autant de temps pour remettre le site en état", s’interroge-t-il.

Le secteur de l’Anse des cascades est gérépar l’ONF pour ce qui concerne la forêt domaniale en partie basse, la commune de Ste-Rose et le conservatoire du littoral. Contactée l’Office a assuré que le dossier était à l’étude de "façon globale"entre les différents partenaires auxquels s’associe la Cirest.

Une première évaluation a permis d’estimer les dégâts à 160 000 euros dont 70 000 euros juste pour le site de l’Anse des cascades, indique Sylvain Léonard, directeur de l’ONF. Pour financer les travaux d’élagage et de nettoyage, l’ONF compte sur des aides européennes mais aussi sur la participation du Département. La partie Anse des cascades etforêt départemento-domaniale de la Source a été votée en commission permanente le 6 juin dernier. En revanche des incertitudes subsistent sur le calendrier. "Le chantier s’annonce difficile. Derrière le restaurant, il y a passage d’une ravine donc pas d’accès aux engins. Un radier devrait être réalisé et pour ce faire nous devons faire appel à une entreprise", précise Sylvain Léonard. Un appel d’offre a été lancé et il faudra compter un mois pour la sélection de l’entreprise. L’accès à la forêt départemento-domaniale de la Source et le sentier littoral devrait néanmoins être livré plus rapidement.

Affiches de l’arrêté municipal arrachées et barrières jetées, de nombreux touristes se trouvaient hier encore sur le site de l’Anse des cascades, un site interdit d’accès par mesure de sécurité, insistele directeur de l’ONF, "des branches cassées se trouvant toujours en surplomb".

Quant au majestueuxbanian qui faisait notamment la réputation du site, il devrait être élagué et replanté à sa place puisque l’arbre n’a pas été totalement déraciné. Un chantier de reboisement de plantes indigènes est également prévu.
www.zinfos974.com
Lire la suite de l'article ici :

Partager cet article

Ecrire un Commentaire

Autres articles